lundi 30 septembre 2013

Enter the Dark Lord : Moldemort

Je ne m'excuserai pas pour le jeu de mot pourri (...).

Mold. Traduction : moisissure.

Note: ce post a été écrit suite à mon expatriation vers l'Irlande, qui a eu lieu en août 2013. Je n'ai jamais écrit d'article après mon retour des USA, et je n'ai honnêtement plus vraiment de souvenirs des derniers jours, à part qu'à cause d'un énorme orage, je suis restée coincée pendant 5h à l'aéroport de Paris et que j'ai donc loupé le dernier train pour rentrer chez moi. Mon père a dû être ravi de devoir faire 2h de route pour venir me chercher au milieu de la nuit.

Bref, voici le post.

Vous ne vous attendiez sûrement pas à ce que mon premier article soit à ce sujet. Nouveau pays à découvrir, et qu'est-ce que je fais ? Je parle de moisi. Mais il faut dire que le moisi fait partie intégrante de la vie de tous les jours, ici.

Tout d'abord, sachez que je vis à Galway. Petite ville au bord de la mer dans une large baie entourée de collines et de moutons, sur la côte ouest. Le Connemara, tout ça.

Cette ville et cette région seraient parfaites si elles ne souffraient pas d'une malédiction appelée « pluie ». Un crachin constant, un temps qui change en deux secondes. C'est bien simple, les gens ici pensent que le soleil est un mythe. Et avec la pluie et la mer vient l'humidité.

Si vous faites la lessive, même après deux passages au sèche-linge, vos habits ne sont pas secs.

Si vous laissez un papier sur une table, après une nuit, il sera mou.

Je ne plaisante pas, j'ai acheté des livres dont les couvertures ont gondolé.

Le matin au réveil, les fenêtres sont couvertes de condensation, au point qu'on ne voit plus dehors.

C'est là qu'intervient Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, Lord Moldemort.

Si vous êtes un biologiste avide de culture de bactéries, pourquoi laisser vos petites boîtes dégoûtantes dans un coin pendant 3 semaines pour espérer apercevoir un début de culture ? Venez à Galway, laissez n'importe quoi – une miche de pain, une pomme, une tasse de thé – sur une table pendant plus de douze heures, et vous aurez une civilisation entière accrochée dessus.

J'ai eu le malheur de laisser sur la table une tranche de pain, pourtant emballée dans un sachet, pendant une nuit. Elle est désormais toute verte. Et oui, j'en ai croqué un bout avant de le voir. Je ne mangerai plus jamais rien sans allumer la lumière.

La mangue sur le frigo ? Elle est couverte de longs poils bruns qui ont l'air tout doux.

Je découvre des types de moisissures jusqu'alors inconnues.

Lutin facétieux ou sinistre machination, je ne sais pas, mais ça me semblait parfait comme article pour vous montrer que je suis encore en vie.

1 commentaire:

  1. Va falloir demander de l'aide aux brownies, sinon je ne vois pas comment tu vas survivre à l'attaque de la Mangue Pourrie...

    RépondreSupprimer