lundi 26 septembre 2011

Mentalité...

Entre l'Europe et le Japon, il y a beaucoup de différence de mentalité, au niveau du respect et de l'honneur en particulier, mais parler avec un natif ne m'a jamais donné l'impression d'habiter sur une autre planète.

En Chine, c'est exactement ce qui se passe.
Il y a des choses que je croyais dépassées. Par exemple, le "marché aux filles" du parc du temple du ciel, mais ça a été le début d'une longue série de découvertes, et d'occasion pour William, mon guide ce jour-là, de faire les gros yeux en se demandant ce qui ne va pas en Occident. Et donc, merci William pour m'avoir appris énormément de choses sur les Chinois eux-mêmes.
Le pays a changé à cause de la révolution, mais les gens sont toujours les mêmes et ce que je pouvais lire dans des livres d'Histoire ou des romans d'époque est toujours d'actualité.

Voilà une petite liste. Pour chaque élément, je disais à William ce qu'il en est chez nous, donc imaginez le choc qu'il a eu !

° Avoir un copain ou une copine avant d'avoir fini l'Université est impensable
° Il est impensable aussi de le ou la présenter à sa famille à moins d'avoir un projet de mariage tout proche
° Il n'y a pas d'âge pour fumer ou boire, mais il y a un âge pour sortir avec quelqu'un et pour le sexe (la majorité des jeunes d'aujourd'hui perdent leur virginité à 22 ans ou plus)
° La première chose qu'un jeune regarde chez quelqu'un, c'est son éducation, et ensuite seulement il pense à sortir avec
° Les parents ont tous les droits, encore maintenant, et si la personne n'est pas assez éduquée à leur goût au moment où leur enfant la leur présente, ils vont les empêcher de se revoir.
° Le jeune qui n'a plus le droit de revoir l'élu(e) de son coeur va obéir... parce que les parents sont au-dessus de tout
° Jamais un ou une jeune ne se rendra chez l'autre avant le mariage
° Les garçons sont toujours mieux traités que les filles au sein des familles (dans la vie de tous les jours la tendance s'inverse)
° Si sortir avec quelqu'un ne se fait pas avant la fin de ses études, alors ne pas être marié à 30 ans est encore pire
° La journée d'un étudiant commence à 5 heures du matin par la gymnastique obligatoire et se termine à 21 heures sans compter le temps des devoirs et répétitions (ça arrange sûrement les parents, comment voulez-vous qu'un jeune ait le temps d'avoir une relation avec qui que ce soit ?)
° La journée d'un travailleur est d'environ 8 heures, on revient dans la normalité, là
° Le coup de "la fille appartient à sa belle-famille une fois mariée" est toujours vrai
° Donner naissance à une fille est bien vu maintenant (bah oui, après les avoir toutes tuées, il en manque un peu quand même...) mais pour la famille c'est quand même toujours un soucis puisqu'il faudra réussir à la caser un jour
° On évite de sortir avec des étrangers parce que la différence de mentalité pose problème (j'aurais jamais deviné... XD)

dimanche 11 septembre 2011

Le choc culturel inversé

Ou ce qui vous choque quand vous rentrez.

Le choc quand vous arrivez dans un pays étranger est presque constant pendant le premier mois, ensuite on s'habitue petit à petit. Et plus on s'y habitue, plus on trouvera bizarre certains détails de notre propre pays une fois de retour.

Avouez que le jour où vous trouvez normal d'aller faire vos courses à deux heures du matin parce que vous avez une petite faim, c'est que vous avez perdu l'effet de surprise et que vous vous sentez chez vous. Si vous vous inclinez chaque fois que vous voulez saluer ou remercier quelqu'un et que ça vous paraît tout à fait normal, attention, vous êtes en train de prendre la mentalité de votre pays d'accueil temporaire.

Il y a des choses auxquelles on ne se fait jamais : les vélos sur les trottoirs au Japon ou la traversée de la route à Taiwan sont deux trucs qui me feront toujours peur. Mais dans l'ensemble, dès le moment où on se sent chez soi quelque part, on peut être sûr qu'en rentrant, on va se sentir un peu étranger.

C'est ça, le choc inversé : ne pas se sentir à l'aise dans notre ville natale, ou du moins s'y sentir "nouveau". Valable pour tous les voyageurs partis pour plus de trois semaines et n'ayant pas été au club Med.

Bien entendu, si vous avez passé un mois en Belgique, rentrer en Suisse ou en France ne va pas vous faire un effet très impressionnant !

Je parle du vrai choc, le gros, le pénible.

Quand je rentre du Japon, voici ce qui me frappe :

* la diversité des gens, le fait qu'aucune ethnie en particulier ne sort du lot
* la vitesse sur les routes. On passe d'un 80km/h sur l'autoroute à 120, évidemment ça perturbe !
* le peu de lumière. Habituée à Tokyo, Osaka, ou d'autres villes qui ne dorment jamais, je me retrouve à passer dans des bleds où il n'y a qu'un lampadaire tous les 500 mètres. Aucun néon, pas de vie la nuit.
* la fermeture des magasins et les horaires des trains et des bus. Et surtout, le dimanche. LE jour que je ne supporte pas.
* la froideur des gens, et surtout des employés des magasins
* les crottes de chien par terre
* la taille des gens
* le plaisir de dormir dans son propre lit, ce petit moment magique après 10 heures dans un avion
* comprendre tout ce qui se dit autour de soi !
* les cloches des églises
* le sol qui ne tremble jamais (enfin, presque)
* il peut faire froid en été O_o
* il fait jour jusqu'à passé 21h (en été...), et nuit jusqu'à 8h le matin en hiver

Le choc inversé a ceci de désagréable : il fait ressortir les défauts du pays d'origine comme des boutons d'acné purulents. Il montre aussi ce dont on ne pensait pas avoir l'ennui un jour, mais dans mon cas et dans celui de nombreuses personnes, ça se compte sur les doigts d'une main et ça fait presque peur de se dire qu'on n'a aucune autre attache chez nous.

Certaines personnes, les expats forcés en général, ne supportent pas le choc culturel en arrivant dans ce qui sera leur pays pour leur job. Et certaines ne supportent pas celui qui les attend au retour.

Je fais partie de la seconde catégorie et c'est la raison pour laquelle, peu de temps après que je sois rentrée, ma vie se met en mode "pause", et la seule chose à laquelle je pense, c'est planifier ma prochaine aventure.

Qu'est-ce qui vous choque le plus quand vous rentrez ?