jeudi 14 juillet 2011

Passer l'immigration

Moyennement amusant, je dois dire.

Bah oui, vous descendez de l'avion, vous venez de passer 10, voire 15 heures (ou plus de 20 suivant par où vous êtes passés...) dans le ciel, vous atterrissez enfin, et au lieu d'être directement en ville, prêt à manger des ramen, vous devez encore passer une à deux heures dans l'aéroport (ainsi qu'environ 2 heures pour rejoindre la ville si vous êtes à Tokyo). Oh non, votre galère n'est pas finie quand vous mettez le pied par terre !

Normalement, une fois le petit formulaire rempli et l'attente en file indienne terminée, vous arrivez devant l'officier de l'immigration, on prend votre photo et vos empreintes digitales, on vous demande la raison de votre venue, et vous passez.

Sauf que, quelques fois, ça se passe différemment. Rien de grave, juste l'impression d'être un criminel pendant quelques minutes...

Quand l'officier refuse de vous laisser passer sans raison, au début.

ça vous est déjà arrivé ?

J'avais l'impression que ma seule venue sur le territoire japonais constituait une grave offense au pays. C'était lors de mon 5e atterrissage. J'ai eu droit à un interrogatoire qui a presque fini dans la petite salle où on emmène les gens qu'on trouve louches.
Le type était agressif, très désagréable et méprisant. Il me posait des questions comme il l'aurait fait à quelqu'un qui venait d'essayer de passer de la drogue.

"Pourquoi vous revenez si souvent ?" "Pourquoi vous restez plus de 2 mois ?" (c'est interdit ? Je comprends qu'ils posent la question, mais ils peuvent le demander gentiment, comme ils font d'habitude!).

J'ai passé 10 minutes à m'expliquer et je suis sortie (enfin... entrée...) de là passablement fâchée.

Et puis j'ai commencé à avoir très peur de mon 6e atterrissage. Comment ça allait se passer cette fois, de revenir pour 89 (qui ont finalement été raccourcis) jours à peine 5 semaines après mon précédent séjour d'environ 70 jours ? J'étais encore dans la légalité la plus totale, mais j'ai quand même beaucoup stressé pendant mon voyage à Taiwan et en Corée.

Mais atterrir à l'aéroport de Fukuoka a été très zen, très rapide, et j'ai même fait rire l'officier qui était incapable de lire l'adresse de mon logement sur le formulaire.

Par contre, quitter la Corée m'a donné quelques sueurs froides.

A l'arrivée, l'officier a tamponné l'autorisation dans mon passeport et a écrit à la main la date jusqu'à laquelle je pouvais rester. 14 janvier 2011. Sauf que... il a écrit 14 janvier 2010. Et que j'ai absolument pas remarqué avant de donner mon passeport pour quitter le pays.

"Vous savez que vous avez le droit de rester juste 90 jours, ici ?"

LA question qui m'a fait devenir toute blanche, posée par l'hôtesse au comptoir pour les bagages.

"Bah... oui... ? Je suis là que depuis 10 jours..."

"Pourtant, sur votre passeport, c'est marqué que vous avez largement dépassé l'autorisation."

*Gros blanc, gros silence, rire nerveux et un "c'estl'officierdel'immigrationquiapasfaitsontravailcorrectement"*

Je sais pas si vous arrivez à imaginer le stress quand j'ai passé la douane ensuite. Heureusement, personne n'a regardé la date.

Mais maintenant j'ai un peu peur du moment où je vais demander mon visa pour la Chine, je suis sûre que cette histoire va refaire surface.


Et vous, des anecdotes de ce style ?

lundi 4 juillet 2011

Japon 2010 : mes plus belles photos

Je ne suis pas du tout photographe, je ne connais rien aux ISO etc., j'ai juste appris à utiliser mon appareil photo (Nikon Coolpix P80) durant mon quatrième voyage, quand je me suis découvert une passion pour faire des instantanés, des portraits, quand je marchais dans la rue. Cet appareil photo est un "bridge", c'est-à-dire qu'il est entre le petit appareil pas trop cher et le gros machin professionnel. En fait, il a tout d'un appareil pro, sauf qu'on ne peut pas changer l'objectif(et qu'il est bien moins encombrant). Il a aussi le "défaut" de l'appareil pro : si on ne sait pas l'utiliser, on fait des photos de merde, alors qu'avec les petits numériques compacts actuels, on fait des photos vraiment belles(et si on sait utiliser les bridges et les pros, on fait des photos d'un autre niveau que les plus belles faites avec un petit compact évidemment).

Bref, j'ai apprivoisé mon P80, mais je ne sais pas bien l'utiliser tout de même. En 2009, j'ai fait des photos portraits magnifiques, et puis j'ai un peu perdu la main. Résultat, en 2010, mes photos dignes d'intérêt ne sont pas nombreuses, les autres sont juste des photos de vacances, pas moches, mais pas magnifiques non plus. Les portraits et les macros, je gère relativement bien avec un peu d'entraînement. Les paysages, c'est pas encore ça. Du tout.

Ce post pour vous présenter les photos qui sont vraiment belles, de mon point de vue. Un pro rirait sûrement en les voyant, mais moi j'en suis fière.

 
Sont chous nan ?




 

 
Oui, évidemment, celle-ci sera toujours ma photo préférée et la plus belle de toutes les photos du monde D'ABORD ! (elle est coupée, je n'ai jamais mis la photo entière en ligne)

 
Celle-ci est probablement ma favorite si on enlève la précédente. Je suis jalouse de ses cheveux, d'ailleurs.



J'en ai une petite dizaine d'autres. Mais sur 5 mois... c'est peu. Je ferai mieux cette année !

samedi 2 juillet 2011

15 questions

10 questions à se poser avant le départ... et 5 à se poser avant le retour !

1) Est-ce que j'ai mon passeport ?
Vérifiez une énième fois, mais évitez de le sortir du sac, c'est comme ça qu'on l'oublie !

2) Est-ce qu'il est valable, et ce au moins 6 mois après la date de retour, comme beaucoup de pays l'exigent ?

3) Est-ce que je n'ai rien dans mes bagages qui est interdit à destination ?

4) Est-ce que j'ai bien fait attention à ce que mes dates ne dépassent pas la durée de séjour autorisée ?

5) Est-ce que j'ai mon billet d'avion ? Maintenant avec les billets électroniques, il suffit souvent d'amener le passeport sans rien d'autre. Imprimez tout de même votre e-ticket, ne serait-ce que pour vous rappeler du nom de la compagnie que vous prenez !

6) Est-ce que j'ai de l'argent ? ça peut paraître débile... mais quand vous passez 2 semaines infernales au Japon parce que vous n'avez plus de sous, et que 3 ans plus tard vous retrouvez chez vous l'enveloppe que vous étiez censé prendre, vous vous sentez très con.

7) Est-ce que ma carte de crédit est acceptée dans le pays où je vais ?

8) Est-ce que je sais comment me rendre à mon hôtel depuis l'aéroport ?

9) Est-ce que j'ai des liquides dans mon sac, ou quoique ce soit qui n'est pas permis dans le bagage à main?

10) Ai-je le droit d'emmener ces 15 plaques de chocolat avec moi ?

 Et au retour, en plus des évidentes des numéros 1, 5, 9

1) Est-ce que j'ai prévu assez de temps pour aller à l'aéroport, passer au check-in, passer la douane + l'immigration + le contrôle, et attraper mon avion sans stress ?

2) Est-ce que j'ai le droit de ramener ces bouteilles de saké ?

3) Combien de taxes je vais devoir payer en ramenant cet appareil photo tout neuf, vu qu'ils ont accroché la quittance dans mon passeport ?

4) Est-ce que je ne ferais pas mieux d'envoyer des trucs par la poste si j'ai fait du shopping, au lieu de risquer de payer un excédent de bagage ?

5) Est-ce que je peux rentrer à la maison à l'arrivée ou est-ce qu'il n'y a plus de train ?