mercredi 25 mai 2011

Petite comparaison de comportement

Comment est-ce qu'on vous traite en Asie, en général, si vous êtes étranger (et l'êtes visiblement, je ne parle pas d'un français aux parents asiatiques... ça change apparemment radicalement dans ce cas) ?

Basé bien entendu sur ma propre expérience et sur celles des personnes qui se comportent bien vis-à-vis des gens... pas les "mauvais" touristes qui se prennent pour des rois (genre le mec qui hurlait sur le pauvre réceptionniste parce qu'il parlait pas anglais... véridique... ça me désole). Une comparaison vieux/jeunes/enfants (je laisse de côté les adultes, parce que je n'ai pas vraiment noté de particularité), et pour le Japon, un peu plus de données que pour Taiwan et la Corée !


TAIWAN
Anglais peu parlé, mais ceux qui le parlent le maîtrisent assez bien (beaucoup mieux que les Japonais)
Enfants : je n'ai rien noté de particulier. Certains vous regardent, d'autres vous ignorent.
Jeunes : pour les jeunes, vous n'existez pas. Taiwan n'est pas vraiment touristique mais par contre, c'est une destination prisée des étudiants en chinois. Les jeunes ont dont l'habitude de vous voir.
Vieux : ils vous adorent ! Ils vous font des grands signes, des sourires édentés, des clins d’œil, viennent s'asseoir à votre table pour discuter... souvent de politique !

 
(la seule fois qu'on m'a regardée comme si j'étais une alien... Taipei, Wanhua )

 
(Taipei, Shilin)

COREE
L'anglais est aussi inexistant qu'au Japon.
Enfants : je n'en ai pas vu beaucoup, mais la petite fille du supermarché près de mon logement était fascinée et venait tous les jours vers moi quand j'entrais. Les écoliers me regardaient avec des yeux ronds.
Jeunes : on sent qu'ils vous regardent, mais j'ai l'impression qu'ils sont encore plus timides que les japonais. Je n'ai pas été abordée une seule fois.
Vieux : eux aussi vous ignorent, mais si vous les abordez pour leur poser une question, ils seront tous heureux de pouvoir aider. J'ai rencontré là-bas une française malentendante qui a voulu un jour demander son chemin, et le petit vieux qui l'a aidée s'est donné toute la peine du monde pour tout écrire en anglais sur un petit papier. Elle m'a raconté qu'il avait par contre très peur de faire des fautes et qu'il traçait tout le temps les mots qu'il pensait faux, malgré qu'elle lui disait que c'était le dernier de ses soucis.

JAPON
Enlevez Takayama de ces exemples, c'est une ville un peu en dehors de toute généralité (et pas dans le bon sens du terme). Et sachez que du Nord au Sud, on vous regarde partout.
Dans les grandes villes :
Enfants : les tous petits, ils vous fixent sans arrêt, vous êtes une créature bizarre pour eux. Ils commencent par être timides mais si on les approche ou qu'on leur fait un petit signe, ils ne sont pas différents des enfants de chez nous qui se cachent derrière les jupes de leur mère avec un petit sourire coquin. Quant aux écoliers, ça glousse, ça fait des petits signes, ça discute en se demandant si on peut être abordé ou pas...
Jeunes : ils nous regardent, mais à moins qu'ils parlent anglais(rare), ils ne viendront pas vous parler.
Vieux : il paraît que les vieux des grandes villes ont tendance à être plus xénophobes que les autres, plus agressifs. Peut-être, mais pas avec moi. Ce que j'ai vu : ils nous regardent, on a droit de temps à temps à des petits sourires et des signes de tête, mais c'est rare qu'ils décident de venir vous parler (ça m'est arrivé dans le métro. Un type, trilingue(japonais, anglais, français), avec qui j'ai discuté Histoire du Japon pendant tout le trajet)

 
(Kyoto)

 
(Kyoto)

Dans les lieux un peu moins connus, moins touristiques, moins gigantesques (à savoir qu'au Sud, les gens sont plus "latins", plus démonstratifs) :
Enfants : les tous petits, j'ai eu les deux extrêmes. Ceux qui nous couraient après, nous arrêtaient pour nous poser plein de questions avec les quelques phrases d'anglais apprises par cœur, nous touchaient pour voir si on était bien faites pareil... très difficile de se défaire d'eux ! Et puis, ceux qui hurlent de terreur et se mettent à pleurer... on se sent tout mal après. Et les parents savent pas trop quoi faire à part rassurer le petit (une fois ça a marché, j'ai même fini par avoir un sourire, et une autre fois c'était la catastrophe et j'ai fini par faire un détour pour que la fillette ne me voie plus).
 
 (Tokyo, Asakusa)

Jeunes : exactement comme dans les grandes villes. Bien qu'il arrive que les lycéens disent "Hello !" avant d'éclater de rire et de rougir. Dans le Sud, ils vont parler de vous très fort (en bons termes en général) en pensant qu'ils ne seront pas compris, puis se sentir très bêtes si vous décidez de leur dire qu'en fait, vous avez pigé.
Vieux : les vieux... c'est très spécial. En tout cas, il me semble que l'été dernier, on les a attirés comme des aimants partout où on allait. Ils viennent vers vous et vous racontent l'histoire de leur vie, vous montrent des photos... tout cela en japonais, en s'en fichant complètement que vous compreniez ou pas. Ils n'ont aucune gêne, et sont très marrants... ça peut durer des heures ! (1h30 pour me défaire de la vieille dame au petit parc de la gare de Aizu !)

 
(Joetsu)

Le verdict est que j'ai bien plus l'impression d'être une curiosité au Japon, qui est pourtant plus touristique que la Corée ou Taiwan.

Et quelle est votre impression ? Des anecdotes particulières ?

4 commentaires:

  1. Je ne suis jamais allée en Asie, mais étant asiatique perdue dans une petite ville, en plein milieu de la Bretagne, j'ai rencontré ce genre de comportement. Des gens qui te parlent en pseudo langue asiatique, ou qui pensent que tu es "sa cousine"... C'est très lourd ! Quant aux enfants, je les fais peur, sans nulle doute ! En ville, j'ai moins de soucis de ce genre - heureusement !

    Cela dit, lorsqu'un français se mélange dans une communauté asiatique, c'est comme une bête de foire ! Tout le monde le fixe du regard ! Je ne sais pas pourquoi, les asiatiques fixent comme ça, c'est à la fois marrant mais aussi gênant !

    RépondreSupprimer
  2. Ouais, dans les coins paumés chez nous j'imagine bien comment on traite les asiatiques. Et sans parler des stéréotypes que les gens croient intelligent d'imiter... genre "Ah t'es Japonaise ! Dis quelque chose en chinois ! Tching Tchang Tchong !"
    -____-

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tombée sur ton article à l'instant, et il m'a rappelé pas mal de choses, quoique tu as apparemment eu droit à des situations assez cocasses ! ^^

    Je dirais par contre qu'au Japon, tu n'es quasiment rien pour les gens comparé à la Chine o_o...
    J'y suis allée deux fois seule (2 mois et demi/1 semaine) et j'ai eu cette impression tout le temps : les gens te fixent. Mais bien comme il faut, jusqu'à ce que ça leur demande de se dévisser le cou.
    On vient même à ta rencontre brandissant un appareil photo pour immortaliser l'animal étrange que tu es.
    Après 1 semaine du côté de Shanghai, quand je suis arrivée à Osaka, j'ai eu la prodigieuse impression qu'ici les gens en avaient rien à fiche de moi XD

    J'aimerais bien tester la Corée ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis cet article j'ai passé un mois en Chine... c'est tout à fait vrai. C'est plus un regard, c'est une obsession ! Mon premier jour j'ai déjà été prise en photo.
      A Osaka c'est particulier, je sens moins le regard des gens qu'à Tokyo, et beaucoup moins qu'à la campagne ! Encore aujourd'hui une dame a dû changer de wagon parce que j'inquiétais son bébé...
      Merci pour le commentaire !

      Supprimer